Dolo. Quarante races de volailles d’ornement à découvrir chez Antoine

Classé dans : Non classé | 0

Antoine Blanchard ouvre son exploitation aux visiteurs, ce dimanche 14 avril, dans le cadre de l’opération « Le printemps à ferme ».

L’initiative

Dans le cadre du « printemps à la ferme » dimanche, de 10 h à 18 h, Antoine Blanchard ouvre les portes de son exploitation à la Croix-Made, près du centre-bourg. Ce jeune agriculteur de 25 ans, récemment établi, y présentera sa quarantaine de races de volailles d’ornement et fermières. Passionné depuis son plus jeune âge, Antoine se déplace une fois par an en Allemagne, pays spécialisé dans la qualité des gallinacées. Au programme de la journée : visite de la poussinière, éclosion des poussins en direct, balade en calèche, chasse à l’œuf, atelier pour enfants et tombola.

Drôles de noms, drôle de look !

Avec humour, Antoine évoque « la poule aux œufs d’or » la Marance, et la poule aux œufs verts : la Cream Crested Legbar. Dans les anciennes porcheries qu’il a aménagées en poulailler quatre étoiles, les belles à plumes se pavanent dans de la paille bien propre. Elles arborent des plumages surprenants. Chacune réside avec ses copines dans sa stalle spacieuse et s’adonne à des caquètements de satisfaction. Ici on trouve toutes les nationalités et tous les caractères. La Hollandaise à huppe blanche et plumes rousses est très sociable. Les Asiatiques, les Brahmas, dont les plumes blanches sont striées de noir, les Wyandottes, les Sabelopoot, la Pékin. L’une des résidentes se nomme « poule soie noire ». Elle est douce et bonne couveuse. Le maître des lieux veille sur ces jolies demoiselles très choyées qui passeront leur vie de poule confortablement installée dans la paille sèche, « le pire ennemi d’une poule c’est l’humidité », avant d’être achetées par un amateur.

Trois bâtiments, trois étapes

Dans cette exploitation, « les volailles de l’Arguenon », pas d’OGM. Dans le premier bâtiment, l’élevage sur paille est destiné à la reproduction. Une poule d’ornement pond certes moins qu’une poule de race dite pondeuse mais chaque jour, l’éleveur en ramasse « à la main » une bonne centaine, qu’il envoie au stockage, « à l’abri de la lumière ». Le surplus est destiné aux incubateurs. Ces poules originales « que tout le monde peut avoir » pondent toutes des œufs comestibles. Plus loin, l’élevage de plein air. Enfin, la poussinière où les poussins sont élevés pendant six semaines.

Dimanche 14 avril, Antoine Blanchard racontera ses poules d’ornement, sa vie de jeune éleveur et sa passion. À partir de 10 h, Les volailles de l’Arguenon, à la Croix-Made, près du bourg de Dolo. Entrée gratuite. Repas du midi sur réservation au tél. 06 66 15 56 55 : 10 euros.

Article Ouest France :

Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire